Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:47

 

Photo-021.jpgIntervention de Pierre Vial, Président de Terre et peuple et membre du Bureau national de la Nouvelle Droite Populaire, lors de la réunion publique de Synthèse nationale, samedi dernier à Paris (cliquez ici) :

Notre mission est d’incarner la conscience identitaire européenne et la volonté de survie de nos peuples. Il nous faut faire renaître l’espérance dans l’âme des meilleurs des Gaulois, ceux qui ont vocation à s’engager à fond pour la résistance et la reconquête au service de notre Terre et de notre Peuple. Par rapport à cet impératif, les péripéties politiciennes n’ont qu’un intérêt relatif. Aussi face à la dérive opportuniste du Front mariniste, le travail de reconstruction d’une force nationaliste identitaire implique de regrouper les convaincus, bien sûr. Mais aussi et peut-être surtout – pensons à la parabole du fils prodigue – de redonner espoir à ceux qui doutent, qui hésitent, qui sont tentés par le renoncement. Ce travail exige un projet cohérent, une ligne politique reposant sur une base doctrinale claire, fondation indispensable pour une construction pérenne. Sinon on risque de bâtir sur du sable.

A cet égard  nous ne devons pas nous laisser emporter par des réactions passionnelles qui faussent les perspectives et obscurcissent le jugement. C’est ainsi qu’il faut disséquer avec une froideur de chirurgien le cas de la fille Le Pen. Certes, elle n’a aucune conviction personnelle. Elle saisit au passage et s’empare des idées, des thématiques qui lui paraissent utiles sur le plan de l’électoralisme, pour la réussite de sa carrière politicienne. Au besoin en faisant de la germanophobie primaire qui sent la naphtaline ou en faisant allégeance au Peuple Elu, elle qui voulait emmener en pèlerinage à Auschwitz les élus du Front National. En cela elle est en harmonie avec le rabbin Josy Eisenberg, présentateur à la télévision de l’émission talmudique du dimanche, qui déclare : « Il n’y a pas de Français de souche… hormis peut-être les juifs de France ». Ou encore Sarkozy, invité d’honneur, il y a trois jours, au dîner annuel du CRIF, qui en a profité pour disserter sur « l‘identité de la République française » en affirmant « la France a des racines juives ». En alignant son discours sur de tels personnages, la fille Le Pen est la parfaite incarnation du Système que nous subissons et auquel elle rêve de s’intégrer. Pour ce faire, pour être acceptée comme fréquentable par les maîtres officiels et officieux du pouvoir, elle a multiplié ces derniers temps, dans son discours du congrès de Tours et dans des déclarations à la presse, les assurances d’allégeance au politiquement correct. Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Ainsi, ce n’est pas parce que la fille Le Pen dit qu’il fait jour à midi qu’on doit se croire obligé de dire le contraire. Par exemple en matière d’intervention de l’Etat pour réguler la vie économique et financière en fonction des intérêts nationaux, ce qui implique le rejet du libéralisme, un nationaliste identitaire ne peut qu’être d’accord. A condition bien sûr de savoir de quel Etat l’on parle. Et c’est là que le bât blesse. S’agit-il de cet Etat jacobin guillotineur, rebaptisé aujourd’hui République laïque, auquel la fille Le Pen fait du pied pour montrer qu’elle rejette les vieux démons paternels (ce qui, entre parenthèses, n’est qu’un tour de passe-passe, car Jean-Marie Le Pen n’a jamais vraiment voulu détruire le Système en place). Nous récusons évidemment l’Etat jacobin, responsable et coupable du déracinement et de la perte d’identité des habitants de nos provinces, entre autres sur le plan linguistique (souvenons-nous de la fille Le Pen s’insurgeant contre les panneaux annonçant le nom d’un village en breton, tout comme un jacobin de choc s’insurgeait récemment contre les panneaux annonçant en langue d’oc le nom du village de Maguelonne…). L’Etat jacobin est stérilisateur, il est ce plus froid des monstres froids dont parlait Nietzsche. Mais pour autant nous affirmons la nécessité d’un Etat régalien, seul capable de tenir en respect les agents cosmopolites du mondialisme et d’imposer une règle du jeu à tous ceux qui servent un capitalisme spéculatif illustré par la crise financière mondiale dont on est loin d’être sortis, contrairement à ce que prétendent de soi-disant spécialistes dont la mission est d’anesthésier l’opinion publique.

 Maurice Allais, prix Nobel d’économie dont la récente disparition a provoqué les larmes de crocodile des gens au pouvoir, osait dire que, face au dogme libre-échangiste et à ses méfaits, le nationalisme économique était la solution de l’avenir, ce qui impliquait au minimum un protectionnisme à l’échelle du continent européen, les pays européens ne faisant en cela qu’appliquer une recette que d’autres continents appliquent sans vergogne. A quoi bon se lamenter sur la réussite en matière de stratégie économique de pays asiatiques ? Ils pensent d’abord, très logiquement, à leur intérêt. A nous d’en faire autant, sans complexe.

 En matière d’organisation étatique, le modèle suisse, auquel j’ai consacré une étude dans Synthèse nationale, mérite d’être pris en considération. Il montre qu’un Etat confédéral n’implique pas forcément un Etat faible. Tout au contraire, si les domaines d’intervention de l’Etat sont clairement définis. Et à condition que l’Etat soit un outil au service de la communauté du peuple, de son enracinement et de son identité. Bref, un Etat nationaliste. Lequel a une vocation que j’appellerai volontiers solidariste ou justicialiste, dans la mesure où assurer la justice sociale est le premier devoir d’un Etat digne de ce nom.

Plusieurs sondages récents et concordants montrent que la préoccupation essentielle, et de loin, des Français (à 81 % des gens interrogés) est le chômage. C’est une donnée objective que doit prendre impérativement en compte un nationalisme populaire et social. C’est pourquoi est une excellente initiative la volonté de notre ami François Ferrier de réaliser un livret rappelant aux Gaulois, en particulier aux plus âgés, quelles sont les aides sociales auxquelles ils ont droit (alors que les immigrés, eux, sont parfaitement informés, par les soins des institutions officielles  et des associations favorables à l’immigration, de tout ce qu’ils peuvent soutirer à cette vache à lait qui s’appelle encore, provisoirement, la France). François Ferrier peut compter sur moi pour l’aider au mieux dans cette entreprise de salubrité.

Nous devons avoir le souci de multiplier des actions concrètes de ce type et j’en profite pour saluer le travail de Solidarité des Français, animé par notre amie Odile Bonnivard, mais aussi les maraudes de l’Action populaire et sociale du pasteur Blanchard et celles de Solidarité populaire, auxquelles participe notre camarade Eugène Krampon, de la revue Réfléchir et Agir. Cet exemple est à suivre par tous nos camarades. Car parler c’est bien, mais agir c’est mieux.

Et prenons sans frilosité notre bien partout où il se trouve. Quand je dis notre bien, je désigne, outre diverses activités du type de celles menées par nos camarades italiens de la Casa Pound, selon le principe de transversalité cher à notre camarade Gabriele Adinolfi, toute réflexion ou expression qui apporte de l’eau à notre moulin, sans souci des étiquettes. C’est le cas, par exemple, du livre de Régis Debray, Eloge des frontières, dans lequel il montre que toute frontière, toute ligne de séparation, est l’expression d’une grande loi du vivant. C’est ce que nous disons, sans nous lasser, depuis longtemps : il n’y a d’identité que par la cohérence et la cohésion d’éléments mettant en pratique leur droit à la différence. Ce qui est une définition possible du nationalisme.

Ayons une mentalité offensive, confortée par le fait que les événements nous donnent de plus en plus raison. Ainsi, voyez comment dans certains grands pays d’Europe les gens qui sont au pouvoir et dont le catéchisme a été l’idéologie cosmopolite que nous combattons, font aujourd’hui machine arrière. Oh, certes, pas de gaîté de cœur, mais pour des raisons bassement électoralistes, pour essayer de ne pas se couper complètement d’une opinion publique qui évolue à grands pas, en prenant conscience de certaines vérités aveuglantes. Ainsi, à Londres, le premier ministre David Cameron vient-il de déclarer : « Je crois qu’il est temps de tourner la page sur les politiques du passé qui ont échoué ». Il parle de ce qui fut longtemps la tarte à la crème de la politique britannique, ce que l’on appelle pudiquement le multiculturalisme et qui est en fait le projet d’une société multiraciale censée vivre dans l’harmonie grâce à la cohabitation de communautés ethniques que tout sépare. L’aberration de ce projet a conduit les travaillistes Tony Blair et Gordon Brown à faire subventionner par l’Etat des associations musulmanes censées donner naissance à un islam modéré, raisonnable mais qui, avoue David Cameron, « font peu pour combattre l’extrémisme ». On reconnaît là le sens de la litote cher aux Britanniques… Mais ceux-ci osent dire que le roi est nu depuis que l’Allemagne les a précédés dans cette découverte. Ainsi, la chancelière Angela Merkel, inquiète de voir les contre-performances électorales de son parti, la CDU, a-t-elle voulu surfer sur une prise de conscience, dans l’opinion allemande, des dangers de l’immigration, illustrée par le succès spectaculaire du livre de Thilo Sarrazin, L’Allemagne court à sa perte, resté pendant cinq mois en tête des meilleures ventes dans les librairies. Angela Merkel a dénoncé publiquement l’échec de ce que l’on appelle en Allemagne le « multi-kulti », le multiculturalisme, c’est à dire en fait, ici comme en Grande-Bretagne, la société multiraciale. Alors qu’aujourd’hui 20% de la population, en Allemagne, est issue de l’immigration, les illusions sur les possibilités d’intégration de ces gens se sont dissipées. Même en ce qui concerne l’apprentissage de la langue allemande, concernant des gens nés sur le sol allemand de parents turcs. Malgré les énormes efforts financiers faits à cet égard, « les résultats ne sont pas toujours très probants », reconnaît le quotidien Le Monde, dans son style faux-cul si caractéristique. Dans le même style, ce journal dont le nouveau directeur est Monsieur Izraelewicz, évoque au sujet de la France le « bilan en demi-teinte » de la politique dite d’intégration qui donne un résultat « loin d’être à la hauteur des espérances ». Traduction en clair : la République paraît-il une et indivisible est incapable de faire disparaître les identités ethniques. Tout simplement parce que les réalités sont et seront toujours plus fortes que les théories.

Cela se traduit par des phénomènes qui montrent que nous sommes en phase avec les attentes de beaucoup de gens, des attentes qui mettent en question le Système en place. Ainsi, il est réjouissant de voir que les gens qui détiennent le pouvoir sur le plan politique, économique, culturel s’inquiètent de plus en plus de voir monter ce qu’ils ont appelé, d’abord avec dédain, maintenant avec crainte le populisme. Certains d’entre eux, dont Cohn-Bendit, Mélenchon, Finchelstein (directeur de la fondation Jean Jaurès), se sont interrogés gravement, dans un débat organisé le 7 février par Le Monde, sur la question « L’Europe face à la montée des populismes ». A cette occasion, le sarkozyste Bruno Le Maire, ministre de l’agriculture, a fait un aveu intéressant : le populisme est là parce que, dit-il, « il y a une faillite de nos institutions européennes dans la réponse à la crise, dans sa lucidité sur la réalité des choses, dans sa rapidité d’intervention, dans sa capacité à apporter des réponses concrètes aux gens ». Mais lui et ses compères ne sont pas allés jusqu’à se tirer une balle dans le pied, qui aurait été de dire l’essentiel, à savoir que le populisme est une expression de ras le bol du Système en place et des gens qui l’incarnent et dont ils font partie.

Nous, nous appelons les choses et les gens par leur nom. Nous disons que les Sarkozy et les Strauss-Kahn trahissent la France et les Français, l’Europe et les Européens et que c’est pour cela qu’ils méritent de finir dans les poubelles de l’Histoire. C’est sur notre adéquation avec le réel que repose la force de notre message. Soyons-en persuadés : la vérité est libératrice. Donc clamons-la sans nous lasser, droits dans nos bottes. Alors que certains, espérant ainsi se faire accepter par nos ennemis, brûlent ce qu’ils ont adoré et trahissent leurs engagements de jeunesse, nous nous revendiquons  nos idéaux et la fidélité à nos drapeaux. C’est pourquoi plus est en nous. C’est pourquoi l’avenir nous appartient.

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 11:43

 

AFFICHE-NDP06.jpgUn communiqué de la délégation des Alpes-Maritimes de la Nouvelle Droite Populaire :

L'alliance PEYRAT-FN-IDENTITAIRES vient de voir le jour. Que faut-il en penser ?

En tant que nationalistes, nous ne pouvons soutenir et encourager ce genre de calculs politiciens. Nous ne devons pas utiliser les mêmes tactiques que nos rivaux. Sinon, nous finirons comme "DE VILLIERS" ! Nous ne sommes pas les futurs alliés de M. Copé ! Nous ne sommes pas le flotteur droit de l'UMP !

Car, qui l'a oublié ? Jacques Peyrat fut, pendant des années, le MAIRE DE NICE.. en tant que membre de l'UMP ! Si il veut régler ses comptes avec Estrosi, tant mieux pour lui. Mais ce n'est pas notre combat. Nous avons d'autres ambitions.

A force de compromissions, à force de dédiabolisations, que restera-t'il du Front ? C'est à ceux qui ne peuvent accepter ce genre d'unions "contre nature", que nous nous adressons. Il y a aujourd'hui une alternative à Marine.

La Nouvelle Droite Populaire des Alpes-Maritimes est en pleine expansion. De plus en plus de militants sincères voient enfin la réalité. Faîtes comme eux, et tous ensemble, construisons la nouvelle résistance nationale et identitaire !

 

Site de la NDP 06 : cliquez ici

Contact : resistance_nationale@yahoo.fr

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 19:23

 

Jeudi 17 février, à 19 h 30

Roland Hélie

Le Parti des Forces Nouvelles,

la droite nationaliste de combat

entre 1974 et 1984...

au Local

92, rue de Javel 75015 Paris

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 11:54

 

Photo-016.jpgSamedi après-midi, dans un Espace Dubail trop petit, se tenait la première réunion publique parisienne de l'année de Synthèse nationale. C’est en effet devant une salle comble (plusieurs centaines de militants, dont de nombreux jeunes) que les différents orateurs purent développer leurs différentes conceptions du combat nationaliste.

Ce fut tout d’abord Jean-Claude Rolinat, écrivain (il vient de publier une biographie d’Eva Peron), élu local et membre de la direction nationale de la Nouvelle Droite Populaire, à qui il revenait d'ouvrir la séance. Il dressa d'emblée un bilan catastrophique de la situation politique de la France et de l’Europe. Nous publierons très prochainement le texte de l’intervention de Jean-Claude Rolinat.

Fidèle à sa vocation de promouvoir les initiatives qui lui semblent intéressantes et constructives pour le mouvement nationaliste, Synthèse nationale avait invité Serge Ayoub, responsable de Troisième voie, à prendre la parole. C’est avec fougue qu’il débuta son discours en se livrant à un véritable réquisitoire contre le sinistre Jean-Luc Mélenchon. Il faut rappeler que ce minable politicien à la botte du Système, avec une arrogance invraisemblable, s’est récemment permis lors d’une émission télévisée de traiter avec mépris et condescendance des patriotes du Nord de la France en les considérant pratiquement comme des moins que rien. Mais qui est-il donc ce Mélenchon pour se permettre de juger ainsi des militants qui se battent bénévolement et courageusement pour leurs idées ? Rappelons que le donneur de leçons Mélenchon a passé sa vie à vivre aux frais des contribuables en tant qu’élu du Parti socialiste. Au tarif où il est rémunéré, il n’a pas beaucoup de mérite, Mélenchon, à clamer sa ferveur « révolutionnaire ». Le hic, c’est que ce pitoyable fier à bras vient de franchir la ligne jaune et que dorénavant il doit savoir que les nationalistes ne le laisseront plus impunément baver sa haine de notre peuple. Qu’il se le tienne pour dit.

Mais revenons à l’intervention de Serge Ayoub. Celui-ci insista ensuite sur la nécessité pour les nationalistes d’investir le combat syndical. Telle est la vocation de Troisième voie qui se définit comme étant le mouvement des travailleurs français pour une avant-garde solidariste. Cette initiative originale mérite d’être encouragée car elle est complémentaire des autres formes de combat choisies par les autres composantes du mouvement nationaliste.

Puis vint le tour de Pierre Vial, Président de l’association culturelle Terre et peuple et aussi membre de la direction nationale de la NDP, de prononcer un discours d’une très haute tenue au cours duquel il dénonça les malheureuses dérives du Front national qui jusqu’à ces dernières années était sensé incarner le combat national et qui, depuis son dernier congrès, a perdu toute légitimité et toutes crédibilité aux yeux des nationalistes identitaires.  Nous publierons aussi prochainement le discours de Pierre Vial.

C’est à Robert Spieler, ancien député, chroniqueur à Rivarol et Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, à qui il revenait de prononcer le discours d’orientation de cette réunion. Il suscita à plusieurs reprises l'enthousiasme de la salle lorsqu’il appela à une rupture totale avec le Système.

Voici l’essentiel de l’intervention de Robert Spieler :

« Au moment où la France et l’Europe sombrent dans une crise économique et identitaire sans précédent, Robert Spieler insista sur le fait qu’il faut un mouvement nationaliste fort et organisé dans notre pays. Un mouvement qui se bat pour une France française dans une Europe européenne.

La Nouvelle Droite Populaire prône le rassemblement des forces nationalistes autour de principes que nous considérons comme non négociables : la défense intransigeante de nos identités nationale, régionales et européennes. Le problème prioritaire n’est pas l’islam, qui n’est qu’une conséquence, mais l’invasion africaine, maghrébine et turque, notamment, que subissent la France et l’Europe. Nous considérons que cette immigration aurait des conséquences tout aussi dramatiques pour l’identité de nos peuples, si ces populations étaient agnostiques, bouddhistes, ou chrétiennes. Ces populations qui occupent notre terre devront, en grande partie, repartir. Nous le disons calmement, sans haine ni violence, les immigrés n’étant pas responsables de cette situation. Mais ils devront repartir, et la nécessaire Reconquista doit être menée. Qu’on ne nous dise pas que c’est impossible. L’exemple des Pieds-noirs d’Algérie, sommés de quitter leur terre en quelques semaines, prouve le contraire (...).

La Nouvelle Droite Populaire refuse toute inféodation de la France à des puissances étrangères. Nos soldats n’ont pas à mourir pour défendre les intérêts de Washington ou de Tel Aviv. Le combat pour la libération doit se mener ici, en France et en Europe, pas en Afghanistan, en Iran, en Irak, en Palestine ou en Israël. Nous demandons que la France quitte l’OTAN et appelons à la constitution d’une défense européenne intégrée (...).

Nous voulons l’Europe de la puissance, et rejetons l’Europe des nains arrogants de Bruxelles. C’est par la sécession de la France que nous pourrons demain construire une Europe nationaliste et identitaire, respectueuse des Nations et des Provinces qui la composent (...).

Sur les plans économiques et commerciaux, nous prônons la création d’un espace économique et commercial européen protégé, partenaire de la Russie. Nous devons réindustrialiser  la France et l’Europe en érigeant des barrières qui empêcheront la destruction de nos emplois, par l’afflux de produits fabriqués dans des pays qui ne respectent pas un minimum de normes sociales (...).

Nous prônons le plus large rassemblement de la Résistance française et européenne. Dans le respect des différences. Nous ne sommes pas obligés d’être d’accord sur tout et personne n’a, par exemple, à imposer sa vision de la morale, ou ses convictions religieuses, aux autres. Le partenariat que la NDP a établi avec le Parti de la France et le MNR a permis d’obtenir des résultats très encourageants aux dernières élections régionales, notamment en Lorraine, où nos listes dépassèrent 3% des voix. Le partenariat de la NDP avec Troisième voie, le Renouveau français, le GUD, Terre et peuple et d'autres orrganisations militantes a permis à un millier de nationalistes de défiler, le 9 mai dernier à Paris. La NDP refuse absolument toute exclusive à l’encontre de ceux qui refusent toutes soumissions au Système. Le considérable succès de la réunion unitaire de Synthèse nationale, le 11 novembre 2010 prouve, par ailleurs, que nous sommes dans la bonne voie ».

Dans l’assistance, plusieurs personnalités de la droite nationale et nationaliste nous avaient fait l’amitié d’assister à cette réunion. Notons la présence de Mme Martine Lehideux, vice-présidente du Parti de la France, de MM. Pierre Sidos, Président de l’œuvre française, Pierre Descaves, ancien député, Jérôme Bourbon, Directeur de Rivarol, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, écrivain, Bernard Bres, directeur du Chêne, le journal du MNR, et bien d’autres.

Cette réunion était conduite par Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale. Il conclue la séance en appelant les Franciliens à participer massivement, le dimanche 8 mai prochain, à 10 h 30, à la nouvelle manifestation nationaliste unitaire qui aura pour thème : la France est de retour ! Le 9 mai 2010, nous étions un millier,  le 8 mai 2011, nous serons plus de 3 000 !  Plus que jamais, le combat nationaliste continue.

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 11:20

 

ReunionSN.jpg

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 12:23

 

affiche-Kling--1-.jpgCe mercredi va se dérouler à Paris le dîner annuel du CRIF. Rendez-vous tradionnel de tout le gratin du "politiquement correcte", ce dîner nous donne l'occasion de rappeler ce qu'est, en réalité, cette institution communautaire. Nous vous proposons de lire, ou de relire, l'article de Robert Spieler publié dans l'hebdomadaire Rivarol (n°2978 - 10 décembre 2010) sur le dernier livre d'Anne Kling : Le  CRIF, un lobby au cœur de la République.

   

LE CRIF, UN LOBBY AU COEUR DE LA REPUBLIQUE...

  

Anne Kling est l’auteur de deux excellents ouvrages, La France Licratisée et Révolutionnaires juifs qui ont obtenu un grand succès. Succès mérité car son analyse de la puissance du lobby est imparable. Basée sur les revues et les sites internet des diverses officines, elle est servie par une langue claire et un style enlevé, qui rendent la lecture de ses ouvrages agréable et passionnante. Anne Kling récidive avec un livre consacré au CRIF, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, qui dispose d’une puissance considérable, parlant d’égal à égal avec les dirigeants politiques au plus haut niveau et exprimant des désidératas qui sont autant d’ordres que s’empressent d’exécuter ceux qui les reçoivent. Préfacé par Jean-Yves Le Gallou, le livre évoque les origines de l’officine, l’importance des années Mitterrand, l’ « invention » des dîners du CRIF, ses objectifs et décrit avec force l’incroyable activisme et l’influence totalement disproportionnée du lobby sur la vie politique française.

 

La naissance du CRIF.

 

Il faut remonter aux années d’avant-guerre et à une forte immigration juive de 140.000 personnes, en provenance d’Europe de l’est, les Juifs français étant au nombre de 190.000, pour comprendre les raisons de la création du CRIF en 1944. Cette immigration suscita des réactions violentes au sein de la communauté juive. Jacques Helbronner, alors vice-président du consistoire, accusera en 1936 les réfugiés juifs d’être « de la racaille, le rebut de la société, des éléments qui n’auraient pu être d’aucune utilité chez eux ». Emmanuel Berl, en 1938, dans un numéro de « Pavés de Paris », parlera d’une « immigration de déchets » et d’une « véritable catastrophe pour la France ». Ces amabilités devaient laisser des traces au sein de la communauté juive et entrainer la création durant la guerre d’une organisation juive à forte connotation communiste, qui allait contester le rôle prééminent de l’Union Générale des Israélites de France (UGIF), accusée de collaborer avec Vichy, et entraîner la création clandestine, en septembre 1944, à Lyon du Conseil Représentatif des Israélites de France. Le CRIF était né.

 

La montée en puissance du CRIF.

 

Le CRIF joue un rôle relativement modeste jusque dans les années 80, se contentant de défendre les intérêts de la communauté, la scène étant occupée par la LICRA qui elle, au nom de l’antiracisme, entend favoriser l’immigration musulmane massive. C’est l’arrivée en France d’un brillant activiste israélien, Avraham Primor, chargé par l’Etat d’Israël de redynamiser et politiser une communauté juive jugée trop timorée, qui va changer la donne. Araham Primor a pour mission de « réorganiser la communauté juive de France afin qu’elle occupe la place politique que lui confère son importance ». Voilà qui a le mérite de la clarté.

L’objectif est de créer un « lobby juif » tel qu’il existe aux Etats-Unis. Cela suscite la fureur du baron Guy de Rotschild, dirigeant historique de la communauté qui se voit contesté par une nouvelle génération d’activistes, tel Henri Hajdenberg, fondateur du Renouveau Juif qui sera élu président du CRIF en 1995. En attendant, les insultes pleuvent drues. Le baron Guy, fou de rage, déclare : « Je n’admettrai pas, en tant que responsable auprès du gouvernement français, la création d’un lobby juif par des marginaux soutenus par une racaille ! ». Mais ce sont bien ces « marginaux » qui allaient l’emporter et faire du CRIF l’organisation devant laquelle viennent se justifier la plupart des responsables politiques, économiques, médiatiques et institutionnels de France.

L’arrivée de Théo Klein à la présidence de l’officine en 1983 et les années Mitterrand vont donner au CRIF les orientations qui sont encore les siennes aujourd’hui. Le CRIF s’engage dans le soutien sans faille à Israël. Il est vrai que Théo Klein a tout pour rassurer Israël. Il a la nationalité israélienne et a milité dans les rangs du parti socialiste Rafi de Ben Gourion. Son objectif « Que la communauté juive de France se dote d’une politique qui exprime pleinement sa solidarité avec Israël, son peuple… ». C’est Théo Klein qui va « inventer » le dîner annuel du CRIF qui deviendra au fil des années le rendez-vous incontournable de la communauté juive organisée avec la « République ». Les bonnes habitudes sont prises dès le premier dîner, en 1985, qui voit Théo Klein apostropher Laurent Fabius et le réprimander vertement, l’accusant de légitimer le Front national en introduisant la proportionnelle. La lutte contre l’antisémitisme qui, comme nul ne l’ignore, « gangrène notre pays », est évidemment en toute première ligne, Roger Cukiermann, qui succède à Henri Hajdenberg à la présidence du CRIF en 2001 souhaitant en faire une grande cause nationale et allant jusqu’à déclarer : « Les Juifs sont les sentinelles de la République et des valeurs de la République. Nous sommes à l’avant-garde. Quand on s’attaque aux juifs, peu de temps après, on s’attaque à la liberté, à la démocratie ». Fermez le ban, et tenez-vous le pour dit…

 

Le CRIF, combien de divisions ?

 

Le CRIF se considère comme le partenaire privilégié et incontournable du gouvernement. Il n’a aucune raison d’en douter puisque le président de la République l’a dit et redit : «  Le CRIF que vous présidez est un interlocuteur essentiel de l’Etat ». Mais que pèse ce « partenaire essentiel de l’Etat » ? Quelle est sa représentativité ? La population juive de France est de l’ordre de 600.000 personnes, soit un peu moins de 1% de la population totale. Le CRIF a admis en l’une ou l’autre circonstance représenter environ 100.000 personnes, soit 1/6ème de la communauté, chiffre probablement exagéré. Les 60 associations membres de l’officine et très diverses par leur nature et leur importance ne représenteraient ainsi que 0,02% et plus probablement 0,01% de la population française. Parmi les associations membres, relevons à titre anecdotique l’association Naguilah, qui rassemble « les juifs aveugles » en leur proposant « une nouvelle manière de voir (sic…), par la découverte des richesses de l’identité juive », ABSI Keren Or, qui milite « pour le bien-être des soldats israéliens » et « à la gloire de Tsahal » et le Mouvement juif libéral de France, dont le fondateur est le père du rabbin Gabriel Fahri qui s’était déclaré victime d’une agression antisémite en janvier 2003 et qui verra au cours de l’enquête le rabbin passer de l’état de victime à celui de suspect. La justice rendra cependant une ordonnance de non lieu…Le fait que le CRIF soit archi minoritaire au sein de la communauté n’empêche pas le président actuel, Richard Prasquier, avec une incroyable houtspa (culot monstre en hébreu), de déclarer lors de la meurtrière opération Plomb durci que « 95% de la communauté juive de France est en accord avec la politique d’Israël et ce qu’entreprend son armée ». Devant le tollé, il nuancera son enthousiasme. Il aurait dû se contenter d’évoquer « la grande majorité des juifs de France »…

 

Les priorités du CRIF.

 

Anne Kling relève que les activités du CRIF s’ordonnent autour de trois axes qui en réalité ne forment qu’une seule et même colonne vertébrale visant la sauvegarde des intérêts du peuple juif, en Israël et dans la diaspora.. En premier, le soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël et à son gouvernement. Toute critique à l’encontre d’Israël se voit de plus en plus ouvertement assimilée à de l’antisémitisme. En deuxième, l’entretien de la mémoire des évènements survenus au peuple juif durant la seconde guerre mondiale, et bien sûr en corollaire, le rappel incessant de la culpabilité de la France à cet égard. En troisième, la lutte contre toute forme d’antisémitisme et d’antisionisme, personne n’ignorant bien sûr, qu’antisémitisme et antisionisme sont en réalité des synonymes…A ces priorités, il convient de rajouter un objectif qui n’est certes pas inscrit dans les statuts, mais qui est présent à travers toute l’action du CRIF : la promotion d’une société multiethnique et le soutien à un fantaisiste islam dit « républicain ». Le soutien obsessionnel à l’Etat d’Israël passe quant à lui, aux yeux du CRIF, par l’entretien tout aussi obsessionnel du souvenir de la shoah. L’objectif est d’imposer l’idée, la croyance qu’Israël n’est pas un Etat comme un autre et qu’il a, de ce fait, le droit à des comportements qui ne seraient admis chez aucun autre.

Dans cette incroyable opération de manipulation des esprits, le CRIF et Israël ont bénéficié de l’appui majeur de Jacques Chirac, en 1995. Jacques Chirac fait ce qu’aucun chef d’Etat français, fût-il socialiste, n’avait accepté de faire : accéder à la demande récurrente des lobbys dont le CRIF, et reconnaître la culpabilité de la France dans la shoah. A la grande joie du CRIF, Mgr Olivier de Berranger, évêque de Saint-Denis, lira le 30 septembre 1997 à Drancy une déclaration proclamant : « Devant l’ampleur du drame et le caractère inouï du crime, trop de pasteurs de l’Eglise ont par leur silence offensé l’Eglise elle-même et sa mission. Aujourd’hui, nous confessons que ce silence fut une faute… ».

La grande joie du CRIF s’explique aussi par le tsunami d’espèces sonnantes et trébuchantes que font pleuvoir ces repentances.

Le CRIF s’émeut considérablement de la vague d’antisémitisme que connaît la France. La lutte contre l’antisémitisme est son cheval de bataille, sa raison de vivre, son objectif sacré, certes avec une forte dimension hystérique… Que faire ? Le CRIF réagit en créant, avec d’autres institutions juives, un Service de Protection de la Communauté Juive (SPCJ). Cette officine travaille « étroitement avec les autorités », dont bien sûr le ministère de l’Intérieur. Aussi incroyable que cela paraisse, le recensement des actes antisémites en France et leur publication sont à l’heure actuelle non du ressort du ministère de l’Intérieur, mais du Service de Protection de la Communauté Juive. Les chiffres livrés par cette officine font évidemment état d’une forte augmentation d’ « actes antisémites ».

Certains, naïvement ou tout simplement lucidement, s’autorisent, tel le sociologue et directeur de recherche au CNRS, Laurent Mucchielli, à commettre des écrits hautement subversifs. Il évoque avec une rare insouciance le discours « rituel » du CRIF. Et puis, dit-il,  « Il n’y a pas d’augmentation tendancielle de l’antisémitisme en France ». Mais est-il fou ou complètement fou ? Il aggrave son cas, si tant est que cela soit possible, en dénonçant « une incapacité du CRIF à prendre ses distances avec l’Etat d’Israël ». La réplique ne tarde pas : « Le jeune sociologue » (bon, il a 42 ans, mais ceci est une formule destinée à le présenter comme inexpérimenté) « s’est aventuré sur un terrain dangereux. Dangereux pour tous les Français de toute origines ». Ah bon ? Dangereux sans doute surtout pour l’officine, dont on sait aujourd’hui, comme dans le conte d’Andersen, que le roi est nu, et qu’asséner et répéter des mensonges ne saurait constituer la vérité.

 

Le CRIF au quotidien : la samba des carpettes.

 

Anne Kling a, de façon fort intéressante, listé les activités du CRIF sur la période 2009/2010. Le lecteur découvrira les émotions émouvantes d’Enrico Macias qui déclare, en pleine opération israélienne Plomb durci sur Gaza : « « Machiah est arrivé le jour de la création d’Israël. Rien n’arrêtera le cours de notre histoire. Je serai toujours aux côtés d’Israël et si des épreuves personnelles ne m’en avaient pas empêché, je serais moi-même aujourd’hui à Gaza, aux côtés des soldats de Tsahal. Ils sont en train de mourir pour nous. Je veux mourir pour eux ! ». « Ils sont en train de mourir pour nous » ? Mais c‘est qui, « nous » ?

On découvre le fort peu charismatique Hervé Morin, qui fut ministre de la Défense. Il accueille le CRIF. On aborde des sujets de la plus haute importance, et qui, tous sont  de la compétence du CRIF : la menace nucléaire iranienne, bien sûr, la France et l’OTAN, bien sûr, l’antisémitisme en France, bien sûr, et, entre autres thèmes importants, l’intégration au sein de l’armée française de jeunes issus de milieux défavorisés. En quoi ce dernier point concerne-t-il le CRIF ? A vrai dire, je n’en sais strictement rien.

En septembre 2010, Xavier Darcos, ministre du Travail, reçoit Richard Prasquier, président du CRIF, afin d’évoquer la possibilité de mettre en place des « actions de dialogue sur le terrain » dans le cadre de la campagne « Agir ensemble pour le vivre ensemble ». Quel charabia ! Mais, lisez le plus émouvant : « Des réunions informelles telles que le groupe de parole entre mères afro-antillaises et juives (…) se sont livrés à une première réflexion sur l’efficacité des programmes « là où ça se passe ». Ces groupes de parole sont mis en place par Yves-Victor Kamami, membre du comité directeur du CRIF.

La parole est souvent révolutionnaire. C’est ainsi que le président Shimon Peres se montre digne du roi Ubu d’Alfred Jarry quand il explique le plus sérieusement du monde à une délégation du CRIF: « J’aimerais transformer l’armée d’Israël en un grand campus universitaire. Chaque soldat devrait recevoir un diplôme de troisième cycle à l’issue de sa période militaire ». Les Palestiniens apprécieront… Et puis, voici Raymond Couderc, sénateur-maire de Béziers, qui n’en peut plus. Son grand-père a sauvé le grand rabbin de Bordeaux, ce qui autorise Raymond Couderc de s’indigner qu’Israël, qui compte 17,5% de francophones, ne fasse pas partie de la francophonie et de réclamer qu’une action forte soit menée par le gouvernement.

Le CRIF mène aussi des opérations efficaces pour empêcher l’ennemi de pénétrer dans la place. C’est ainsi qu’il empêche, avec succès, la nomination d’Hubert Védrine, en 2007, au ministère des Affaires Etrangères ; au prétexte que celui-ci était « le pire des anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay » et menaçant : « La communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un casus belli ». Et c’est ainsi que le président Sarkozy obtempéra.

Anne Kling raconte aussi, par le menu, la réunion où l’exceptionnel patriote Eric Raoult intervient « Pour Gilad et pour Israël ». Un morceau d’anthologie : « Eric Raoult fera une brève apparition à la tribune ». Brève, mais oh combien remarquable et remarquée.

Que dit-il ?  « Ce soir, j’avais le bureau politique de mon parti et Xavier Bertrand me dit : « Mais tu t’en vas ?  On parle des retraites, c’est important » et je lui fais passer un papier en lui disant : « pour moi, Israël, c’est plus important que les retraites ».

Commentaire d’Anne Kling : « Edifiant, n’est-ce pas ? Si jamais les électeurs se décident un jour à sanctionner ces priorités si clairement affichées, il pourra toujours poursuivre sa brillante carrière de l’autre côté de la Méditerranée. »

 

Comment se résoudre à devenir des Français comme les autres ?

 

Dans sa conclusion, Anne Kling pose la question. Elle cite le président du CRIF, Richard Prasquier, qui, tout en déclarant abhorrer le communautarisme… chez les autres, évoque une « identité collective » pour les Juifs que la nation se doit de leur reconnaître. Refuser de reconnaître cette « identité collective » reviendrait à « nier tout ce qui fait qu’il y a entre les Juifs un socle commun de références, d’attachements et de valeurs qui les rend non pas à part, mais distincts ». Se revendiquer « distincts » ne revient-il pas à se placer « à part » ? La nuance est pour le moins subtile. En réalité, conclut Anne Kling, lorsque le président du CRIF parle d’identité collective, c’est l’utilité, la pertinence et le pouvoir considérable de l’officine qu’il entend défendre avec acharnement. Quelle horreur de devenir des Français comme les autres, sans davantage de droits et de passe-droits ! Ne plus pouvoir tempêter, exiger, palabrer au sommet de l’Etat. On comprend, écrit Anne Kling, que le spectre de l’assimilation soit de ceux qui hantent les nuits de certains dirigeants communautaires.

 

SDC11549.JPGBON APPETIT AUX CONVIVES DU CRIF :

Dans la nuit de mardi à mercredi, des affiches ont été collées dans Paris par des militants nationalistes (cliquez ici) afin de faire connaître aux Parisiens le livre d'Anne Kling et de souhaiter un "bon appétit" aux convives du CRIF...

 

Pour commander le livre : Le CRIF, un lobby au cœur de la République

Editions Mithra, 295 pages, 18 euros plus 3 euros de frais de port. Chèques à l’ordre d’Anne Kling,  Adresse : Mithra, BP 60291   67008 Strasbourg cedex

Adresse internet : http://france-licratisee.hautetfort.com/    

 

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 00:19

 

802296503.jpgPar Yves Darchicourt

Article publié dans le n°21 de la revue Synthèse nationale

 

Vers la dernière mi-décembre, en la petite ville flamande de Leers - où une crèche de Noël avait été installée en plein air par la municipalité, à un trait d’arbalète de l’Eglise Saint-Vaast et de son clocher contemporain de Charles-Quint - un bourgeois, offusqué par cette ostentation chrétienne, a déclenché une belle polémique médiatique sur fond de Loi de 1905 bafouée par un intolérable empiètement du religieux sur le domaine public.

Dans le même temps, les « grands » médias donnaient à lire et entendre que de plus en plus de fidèles musulmans priaient dans la rue, non par plaisir ou par provocation religieuse mais parce qu’ils ne disposaient tout simplement pas d’un nombre suffisant de lieux de culte en France.

 On peut sans doute mettre en rapport ces deux évènements avec la fameuse petite phrase de Marine Le Pen comparant les prières de rue mahométanes à la manifestation d’une sorte « d’occupation ». Bourde d’écervelée ? Plutôt dérapage très contrôlé, la dame se gardant bien d’aller au bout de son argumentation en réclamant un soulèvement contre « l’occupant » ! De toute façon, sortie à usage interne dans le cadre de la course à la Présidence du Front national, laquelle n’a pas manqué de provoquer le tollé médiatico-politique espéré et d’ailleurs vite retombé. Par contre, cela a permis de conforter dans le « système » deux attitudes politiques convergentes dans leur finalité qui est la destruction de notre identité civilisationnelle par l’islamisation de nos terres et par l’éradication de nos racines.

Les résignés à la dhimmitude ou les collabos de l’islamisation ont sauté sur l’occasion : c’est bien vrai, il est scandaleux de voir des musulmans prier sur le pavé ; comme ils le font faute de mieux et qu’il n’est même pas envisagé de réduire leur nombre en inversant les flux migratoires, il faut donc faciliter la construction de nouvelles mosquées. On a pu ainsi entendre Julien Dray sur RTL dire que la Loi de 1905 (tant qu’elle subsisterait en l’état) se devait d’ être « tournée » sans états d’âme par les élus locaux en fonction des besoins de leurs administrés musulmans. On a d’ailleurs pu lire dans France-Soir la « recette » de Daniel Vaillant –maire du 18ème arrondissement de Paris- qui se vante d’être parvenu à donner un « coup de pouce » de 22 millions d’euros pour un Institut des Cultures Musulmanes, qui finalement intègrera une mosquée, et ce sans tomber sous le coup de la loi sur la laïcité. Pour ces gens là – par ailleurs apôtres de l’immigrationnisme et du métissage des peuples et des cultures - l’Islam est définitivement partie intégrante de notre culture religieuse, le nombre grandissant de mahométans est sans doute une chance pour notre pays, et il convient de leur permettre la pratique digne – sinon éblouissante – de leur culte. D’aucuns ont même dénoncé comme scandaleux le manque de mosquées pour une masse croissante de fidèles du Prophète et la prolifération des lieux du culte chrétien pour un nombre de pratiquants en constante diminution : de là à demander la transformation des églises peu fréquentées ou des chapelles à l’abandon en mosquées…La multiplication du nombre de mosquées, tant qu’à faire avec minarets, a aussi comme « avantage » d’habituer le Gaulois à leur présence, de faire que ses enfants et petits-enfants les considèreront comme des éléments traditionnels de leur environnement au même titre que les clochers ou les beffrois, et de contribuer à imposer l’image d’un Islam de France qui ne serait pas la religion d’une civilisation étrangère à notre civilisation, la religion conquérante de ceux que nos aïeux ont combattu et vaincu à Poitiers, à Lépante ou à Vienne. L’islamisation visible de nos Provinces a ainsi reçu un coup de pouce inespéré.

Les laïcards militants ne se sont pas moins réjouis de l’aubaine qui leur permet de réclamer plus haut et plus fort l’interdiction absolue des références publiques à une appartenance religieuse hors les lieux de culte. Comme l’a fait remarquer avec raison Robert Spieler, il n’est pas étonnant que les fameux « saucissons-pinard » - certes bonne idée d’affirmation identitaire - aient finalement été cornaqués par l’ultra-gauche qui tenait là l’occasion de dénoncer l’empiètement des interdits de l’Islam dans la vie civile, étant bien entendu que cette dénonciation se devait de s’étendre à toutes les manifestations de toutes les religions. Pain béni pour nos héritiers idéologiques du petit père Combes qui ont multiplié les actions protestataires contre les édiles autorisant ou favorisant les traditionnelles déambulations de Saint Nicolas, les expositions de crèches et de santons, les installations d illuminations à motifs chrétiens (étoiles ou vierges à l’enfant) ou encore les diffusions de chants de Noël dans les rues. Ce n’est là qu’un hors d’œuvre avant les récriminations christianophobes et plus particulièrement « cathophobes ». Ce n’est pas seulement les emblèmes cruciformes (rouges des secouristes, verts des pharmaciens ou bleus des abstinents) qui risquent d’avoir du plomb dans l’aile, mais aussi les modestes croix ou les admirables calvaires monumentaux de nos campagnes, les émouvantes bénédictions traditionnelles ou les ancestrales processions. Et pourquoi d’ailleurs le délire laïcisateur n’irait-il pas jusqu’à exiger une refonte de la toponymie excluant pour les lieux-dits, villages, bourgs ou villes toute référence à un saint de l’Eglise catholique. Du travail en perspective pour les épurateurs du laïcisme dans notre pays où les noms de lieux d’origine hagiographique sont légion : de Saint-Quentin, Saint-Nazaire, Saint-Etienne...à la multitudes des toponymes formés par amalgames de noms de saints (réels ou supposés) avec le déterminatif dominus (Domrémy, Domfront, Dampierre, Dammartin, Dannemarie…) ou sanctus (Sanary, Sennecterre, Sennecy, Xaintrailles) ou encore, en Bretagne, avec les préfixes Plou (paroisse- comme dans Ploermel, paroisse de Sainte Armel) ou Lann (lieu consacré- que l’on retrouve dans Landerneau, lieu voué à Saint Ternoc).

La si riche hagiotoponymie des provinces françaises est particulièrement révélatrice de ce que la religion chrétienne est partie intégrante de notre civilisation, même si le christianisme ne s’est définitivement imposé qu’après la conversion des campagnes réalisée (comme dans le reste de l’Europe) grosso modo entre le Ve et le Xe siècle et au prix de concessions qui ont fait du catholicisme romain la plus païenne des sectes chrétiennes.

Le Dieu unique et lointain des religions du désert a pu séduire les élites et les chefs de guerre (surtout si la conversion assurait l’aide de gros bataillons) mais il ne pouvait satisfaire la masse immense des pagani. L’antique religion des peuples indo-européens où les dieux allaient par trois, faisait aussi la part belle à une myriade d’intermédiaires (divinités secondaires, héros, déités des forêts, des croisements, des rivières, des lacs ou des sources, pierres, arbres ou animaux sacrés) et à une multitude d’êtres du monde extraordinaire de l’air, de l’eau, de la végétation, de la terre, tout le petit peuple de la lumière ou de l’obscurité qui animait l’imaginaire collectif de nos aïeux.

Le paganisme originel n’a pas disparu, simplement ses lieux sacrés, ses monuments ou ses grandes fêtes ont été christianisés, tandis que ses dieux, ses déesses ou ses héros devenaient des saint(es) ou des anges : Mithra se retrouve dans Saint Georges, comme Mercure ou Gargan en Saint Michel, Asclepios survit en Côme et Damien ou la Bona Dea (Agathê en grec) en Sainte Agathe, Sainte Ursule s’est substituée à des cultes locaux de l’ours, Sainte Victoire a succédé à la Dea Victoria comme saint Bonnet à Belanus…

On peut donc très bien ne pas être un adepte de la religion chrétienne et être sensible à ses manifestations comme à son élan mystique qui, tout en perpétuant, même inconsciemment, nos antiques traditions et croyances, reflets de l’âme indo-européenne, a généré le souffle épique de la Reconquista, entretenu la saga des héros grands et petits des comtés d’Edesse ou de Tripoli, de la Principauté d’Antioche ou du Royaume de Jérusalem et qui a donné tous ces chefs d’œuvres architecturaux, iconographiques ou musicaux qui font l’incomparable grandeur artistique et culturelle de l’Europe.

Notre ancestrale civilisation s’est perpétuée durant des millénaires ; sa christianisation ne fut pas une rupture, elle n’a remis en cause ni son « infrastructure mentale et religieuse », ni sa continuité, son unité et son unicité, ce qui serait bien évidemment le cas si l’Islam s’imposait sur nos terres. Le terme si souvent (on devine pourquoi et pour qui) usité de civilisation judéo-chrétienne est fort impropre tant le christianisme qui imprègne notre civilisation est loin du christianisme originel cousin des deux autres religions du livre. Nous sommes d’un âge immense, dépositaires d’une civilisation immémorielle incomparable qui se doit d’être défendue et préservée dans tous ses aspects.

L’offensive laïcarde est bien destinée à nous couper de nos racines et à faire de notre Peuple une population sans âme. Elle rejoint, dans ses perspectives destructrices, la politique d’immigration de peuplement allogène dont le corollaire obligé est l’islamisation. C’est pourquoi la petite phrase, le dérapage (in)contrôlé d’une politicarde à la peine dans une guerre de succession interne et avide d’intégrer le « système » vient de donner fort regrettablement du grain à moudre à ceux qui travaillent à la destruction de notre identité et de notre civilisation.

 

Abonnez-vous à Synthèse nationale,

commandez le n°21 : cliquez ici

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 15:36

 

Pub-208.jpgJeudi prochain, 10 février, à 19 h 30, Luc Pécharman, membre de la direction nationale de la NDP et l'un des principaux animateurs de la Vlaams huis, la sympathique Maison flamande de l'agglomération lilloise, présentera au public francilien le remarquable travail effectué par celle-ci.

 

Rendez-vous à 19 h 30 au Local (92, rue de Javel 75015 Paris). Venez nombreux.

 

Mieux connaître la Vlaams huis : Vlaams huis

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 12:46

 

Après le dernier congrès du Front national, Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, a publié un communiqué faisant part de sa réaction à la suite de l'élection de Marine Le Pen et livrant son sentiment sur le déroulement de la campagne interne qui divisa le FN pendant plusieurs mois (cliquez ici). Largement repris dans la presse, en particulier dans l'hebdomadaire Rivarol, ce communiqué a entraîné la réponse suivante de Bruno Gollnisch. Réponse qui sera publiée dans le numéro de demain de Rivarol (cliquez là) :

 

images.jpgRobert Spieler, envers lequel je conserve le souvenir de notre amicale relation quand nous siégions tous deux comme députés du Front National à l’Assemblée Nationale, se livre dans les colonnes de Rivarol à une analyse critique de la campagne interne du Front National, qui est surtout critique à mon égard. Après les batailles, ou, comme on voudra, après les matches, il ne manque pas de stratèges aptes à les refaire et à les gagner a posteriori, dans la quiétude de leur bureau, ce qui est toujours plus facile que sur le terrain. A cette aune, la bataille de Waterloo a été gagnée sur plans après coup par tellement de « généraux » de talent qu’on se demande comment Napoléon a bien pu faire pour la perdre (pour autant, je ne compare pas la campagne pour la présidence du Front à cette bataille, ni ne me prends pour Napoléon!).

Si je comprends bien Robert Spieler, il me reproche de ne pas être davantage entré en conflit avec Jean-Marie Le Pen. Il est bien placé pour savoir qu’un conflit grave et persistant n’aurait débouché que sur mon départ du Front National. Me reproche-t-il donc d’y être resté, quand d’autres, qui étaient des amis, et pour beaucoup le sont encore, en sont partis ? Je m’abstiendrai de lui retourner l’argument et de lui dire que, s’ils étaient tous restés, la situation eût peut-être été complètement différente. Je m’abstiendrai sincèrement, car je n’ai pas ses talents de voyance, et je ne suis donc pas sûr de pouvoir l’affirmer. En revanche, peut-on dire que ceux qui ont fait ce choix de rupture, à commencer par Robert Spieler lui-même, soient aujourd’hui politiquement mieux placés ou plus influents que je ne le suis pour défendre les convictions qui leur sont chères? Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas évident. La plupart s’abstiennent donc de me juger, et j’observe à leur égard la même réserve. Si Robert Spieler était aujourd’hui à la tête d’un mouvement puissant, ses critiques auraient davantage de crédibilité. D’ici là, il devrait suivre l’exemple de ceux qu’il cite, et au moins tempérer ses jugements.

Je ne polémiquerai pas sur les autres affirmations de son article, dont presque toutes pourraient être contredites. Sauf erreur de ma part, Robert Spieler a quitté le Front National depuis une vingtaine d’années, et il n’est pas très bien informé de ce qui s’y est passé depuis. A titre d’exemple, je me bornerai à réfuter une seule assertion. Il écrit que «je n’ai pas levé le petit doigt» (sic) pour défendre mes amis, et il cite pêle-mêle Marie-France Stirbois, Jacques Bompard, Bernard Antony et Carl Lang. Il a tort.

D’abord, je n’étais justement pas le Président du Front National, et je ne vois pas très bien d’où l’on tire l’idée qu’entrant en conflit j’aurais été en mesure d’imposer mes vues. Ensuite, ces amis de forte personnalité, dont les cas sont d’ailleurs différents, ne prenaient pas chez moi leurs instructions. D’ailleurs, ceux qui ont quitté le FN ne m’ont pas demandé la permission de le faire. De plus, j’en ai défendu certains plus qu’ils ne l’ont fait eux-mêmes. Par exemple, Carl Lang et moi avons durant deux années plaidé auprès de Jean-Marie Le Pen et de Jacques Bompard pour tenter d’améliorer leurs relations. Dans ce genre de situation, c’est bien connu, on mécontente tous ceux que l’on s’efforce en vain de réconcilier. En tout état de cause, il aurait dû ne pas échapper à l’œil perspicace de Robert Spieler que Jean-Marie LePen lui-même m’a fait grief de ces démarches et d’une attitude selon lui trop favorable aux “dissidents”. Il n’a pas caché que cela le déterminait, entre autres, à ne plus voir en moi son successeur et à appuyer la candidature de Marine. Il faut donc croire que, contrairement à ce que prétend Robert Spieler, j’ai bien à un moment ou un autre «bougé le petit doigt», et même le bras tout entier. Que je n’aie pas souhaité porter publiquement atteinte à l’unité du mouvement dont j’étais membre, ni à l’autorité de son président, est un autre problème. Je suis en effet de ceux qui considèrent qu’une autorité même imparfaite, et même s’exerçant à mon détriment, vaut mieux que pas d’autorité du tout. C’est ma conception du bien commun. On peut ne pas la partager. On n’est pas pour autant obligé de confondre ce stoïcisme avec de la faiblesse d’âme.

 

 Bruno Gollnisch

 

La réponse de Robert Spieler :

 

Robert Spieler 7.jpgJe remercie Bruno Gollnisch de sa réponse courtoise parue dans Rivarol qui fait suite à la critique que je formulais, et que je maintiens, quant à la manière dont il a accepté, durant la campagne interne pour la présidence du Front national, les avanies de ses adversaires.

Cela ne retire rien à l'estime et à l'amitié que j'ai pour lui.

Robert Spieler

  

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 19:45

 

imagesRéaction de Robert Spieler,

ancien député du Bas-Rhin,

Délégué général de la NDP

 

L’ancienne maire de Strasbourg et sénateur, Fabienne Keller, qui succéda à la maire socialiste Catherine Trautmann, n’a rien trouvé de mieux que de proposer, lors d’une table ronde au Sénat, la création du premier ouvrage scolaire franco-africain. Son objectif : favoriser le « vivre ensemble » (quel effroyable charabia !) dans les banlieues, afin de permettre aux « Jeunes » d’« acquérir la culture du pays où ils sont nés (la France), parce qu’on leur nie leur histoire personnelle (les pauvres…) ». La méthode : un livre d’ « histoire », écrit par des historiens des deux rives de la Méditerranée. Les sujets : l’« époque coloniale » (salauds de colonialistes…), les « héroïques tirailleurs » (les femmes françaises et allemandes violées par dizaine de milliers apprécieront), la guerre d’Algérie (tortionnaires et Cie), la décolonisation (la valise ou le cercueil…), etc.

 Au fait : Fabienne Keller n’est ni communiste, ni verte, ni socialiste, ni d’extrême gauche. Elle est UMP. Cela vous étonne ?

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article

NDP : NOUS SOMMES LE PEUPLE !

Rechercher

Présentation de la N.D.P.

 

 

Fédérer les énergies pour défendre notre civilisation

et rassembler la droite nationaliste et identitaire...

 

 Présentation de la NDP

 

Archives

Adhérez à la N.D.P.

  Identité

 

Adhérez à la
Nouvelle

Droite Populaire

 

 

Ensemble, faisons de la N.D.P.

le grand mouvement

de la droite nationaliste

et identitaire !

Pour adhérer, c'est ici

 

Tracts NDP à télécharger :

Pour votre information

 

Lisez

  

La revue 
politique et culturelle
nationale et identitaire

 

INFORMEZ-VOUS ! 

 

Consultez le site

quotidien d'information