Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:39

 

NDP logo.jpgCommuniqué de presse de la Nouvelle Droite Populaire :

 

Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg sont les symboles voyants d’un Système responsable de la situation économique et de la crise identitaire actuelle subie de plein fouet par les classes populaires françaises. Le chahut dont ils ont été victimes traduit le ras le bol des « petits blancs de banlieues » qui subissent au quotidien le racisme anti-français et des agressions physiques réelles et parfois mortelles qui ne font jamais la une des journaux.

 

La Nouvelle Droite Populaire ne peut en aucun cas cautionner, s’ils sont avérés, les propos et les actes rapportés. Cependant, l’attitude de Marine Le Pen qui tente désespérément de faire porter le chapeau de cette affaire montée en épingle par les médias aux authentiques forces nationales prouve son mépris pour son propre électorat et son allégeance au Système. Que nous sachions, ce ne sont ni à la Nouvelle Droite Populaire, ni à l’Union de la Droite Nationale, ni à l’œuvre française auxquels se référaient les protagonistes mais bel et bien au nom de Le Pen. On voit là les limites de la stratégie de dédiabolisation.

 

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:21

 

CL-3-mars-2012.jpg

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 22:48

 

Vign_01-mars-2012.jpg

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 21:46

 

1977711293.jpgCONCERNE : 

Emission « C DANS L’AIR »

du mercredi soir 22 février relative

à la Guerre d’Espagne

 

Monsieur Calvi,

 

Vous animez généralement des émissions d’une très bonne tenue portant sur l’actualité : les intervenants sont souvent des spécialistes reconnus ou talentueux. On ne se coupe pas la parole, on est loin des « basse-cours » de certaines émissions proposées par vos confrères. Sous la baguette…magique ( ?) d’Yves Calvi, ça fonctionne plutôt bien pour le plus grand confort d’écoute du téléspectateur. Après tout, « bon sang ne saurait mentir »…

 

Quelle ne fut pas ma surprise en regardant ce mercredi soir 22 courant une émission consacrée au juge B. Garzon et, partant de là, à la guerre d’Espagne (1936-1939).

 

Tout de suite, j’eus une impression de malaise ; je n’avais pas en face de moi des spécialistes devisant techniquement de faits historiques discutables, mais des procureurs s’acharnant à salir unilatéralement quatre décennies de franquisme sans prendre la moindre hauteur. Une attitude qui permettrait de voir les choses avec beaucoup de nuances, tant l’histoire avec un grand « H » n’est jamais blanche ou noire, mais toujours grise, sujette au fil des ans et à la lumière de nouveaux témoignages identifiables, à une certaine révision. Il existe des historiens honnêtes et des perroquets indignes. On aurait cru entendre de la « propagandastaffel » contemporaine. Et ces gens-là peuvent avoir un gentil minois, ils n’en sont que plus dangereux. Rien n’est venu balancer, nuancer ce réquisitoire totalitaire, je n’hésite pas à utiliser le mot, à l’encontre du Franquisme. Et pourtant, pour faire la guerre, il faut être deux et si des crimes de guerre furent commis en Ibérie entre 36 et 39, le camp des « rouges » en a une très belle part. Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’écrivain espagnol de renom Michel del Castillo qui fut contemporain de cette guerre et dont la maman était plutôt dans le camp de ceux que l’on nomme improprement « républicains ». On parle beaucoup du bombardement de Guernica où s’illustra d’une façon tragique la Luftwaffe, mais on ne parle jamais des massacres de Paracuellos commis par les bolchéviques. Page 255 de son ouvrage, « Le Temps de Franco », Fayard 2008, l’auteur précité écrit :-« …Un plan exécuté de sang-froid. On s’étonne en 2008, de ne trouver que de brèves allusions à cette « évacuation définitive » dans les biographies les plus épaisses, si riches en considérations psychologiques, par ailleurs, sur la personnalité du Caudillo. Comment expliquer cette pudeur ? Tout se passe comme si les victimes de ces purges sanglantes méritaient à peine une mention. » Tout cela pour vous dire que 10 500 personnes sont passées, si j’ose dire, par « pertes et profits ». Quand on évoque la Guerre d’Espagne, c’est très simpliste : d’un côté il y a les « bons », les républicains-démocrates qui assassinaient à tour de bras leurs adversaires politiques, allant jusqu’à exhumer les corps de religieux et de religieuses -, photos à votre disposition -, et les mauvais, forcément les défenseurs des classes aisées et des piliers d’église. Mais l’histoire espagnole de cette période est un peu plus compliquée, elle n’est pas si manichéenne. Si le soulèvement militaire du 18 juillet 1936 a eu lieu, c’est qu’il avait été précédé de nombreuses violences anticléricales, certes, mais pas seulement, de l’assassinat du leader de droite Calvo Sotelo et, dès les toutes premières heures du conflit, de l’exécution de José Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange. La République espagnole, « bourgeoise » et modérée dans un premier temps, bascula dans l’horreur du communisme, ce qui entraina bien évidemment l’intervention de l’armée, garante de l’ordre public et comptable de l’intégrité nationale. Si les nationalistes,- Phalange, Carlistes, militaires, Chrétiens engagés-, gagnèrent au bout de trois années de terribles combats, ils le durent à leur courage et, objectivement, à l’aide des forces de l’Axe. Mais, dans le camp « d’en face », Moscou déploya tout son arsenal pour sauver cette « République » à la sauce soviétique et mit à sa disposition ses « brigades internationales » qu’un certain Monsieur Jacques Chirac a voulu faire reconnaitre comme « anciens combattants », tout au moins pour ce qui était des ressortissants français. Cette terrible guerre civile, comme celle qui divisa au XIXe siècle les Etats-Unis a fait près de 600 000 morts ! Au lendemain de ce conflit, la répression a été impitoyable, je vous l’accorde. Mais pendant les 36 années de règne du général Franco l’Espagne s’est apaisée, elle s’est reconstruite dans l’ordre et la paix, s’est ouverte au progrès. Ses institutions politiques inspirées de la démocratie organique pouvaient passer pour un Etat totalitaire : rien n’était plus faux. L’Espagne franquiste était un Etat autoritaire mais en aucun cas de « type fasciste » : on ne régentait pas la vie d’un homme de zéro heure à 24 h, on ne le prenait pas en main du berceau au cercueil comme dans les tyrannies théocratiques ou communistes. Il pouvait y avoir quelques ressemblances à l’occasion des grands rassemblements de foules, place d’Orient, mais personne n’était contraint d’y assister. Le régime franquiste a été institué par référendum populaire et le « Caudillo » n’était que le fondé de pouvoir de la monarchie, règne monarchique seulement mis entre-parenthèses pendant les trois années de guerre civile. À la mort de Franco, justement pleuré par une immense partie du peuple, une page s’est tournée et la monarchie constitutionnelle s’est tranquillement mise en route sur les rails forgés par le généralissime. Qu’il y ait eu des massacres, des fusillades arbitraires, des disparitions, nul ne le nie. Mais toutes ces horreurs ont été le fait des DEUX CAMPS. Or, il semble bien que le juge Garzon, par préjugé idéologique, ne se soit occupé que des victimes des armées nationalistes.

 

La Grande Croix qui s’élève majestueusement au Val de Los Caïdos veut être justement le symbole, par-delà la mort de tant de valeureux combattants des deux camps enterrés là, d’un certain apaisement, d’une réconciliation, d’une Espagne enfin pacifiée, voulant tourner la page sans oublier ceux des siens qui sont restés dans cette terrible guerre contemporaine.

 

Eh bien, aimant tellement votre émission et appréciant votre talent d’animateur, ce rôle d’arbitre cultivant l’humour, je tenais à vous faire part de ma déception après cette lamentable prestation.

 

En espérant échapper dans l’avenir à ce type d’émission partisane, je vous prie de croire, Monsieur Yves Calvi, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

 

Jean-Claude Rolinat

Ecrivain

Elu local en Ile-de-France

Membre du Bureau de la NDP

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 12:33

 

SN-26-Flyer.jpg

 

Avez-vous pensé à vous abonner à Synthèse nationale ? cliquez ici

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 22:34

 

NDP INFORMATIONS

n°23 - février mars 2012

Lire et imprimer : cliquez ici

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 13:09

 

RS-Carl-3-mars-2012.jpg

 

Grand meeting de soutien à la candidature de Carl Lang à la Présidentielle avec :

Roger Holleindre, Yann Phélippeau, Fernand Le Rachinel, Robert Spieler...

Participation : 10€

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 13:44

 

Couv SN 26 (2).jpgPar Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Editorial du n°26 de Synthèse nationale (janvier - février 2012)

 

Dans l’éditorial de la précédente livraison de Synthèse nationale (n°25 - novembre décembre 2011), j’évoquais l’éventualité de l’arrivée à l’Elysée du candidat socialiste François Hollande et les conséquences catastrophiques pour notre identité et notre liberté qu’auraient l’application de son programme en particulier sur l’attribution du droit de vote aux étrangers. En effet Hollande s’est ouvertement prononcé en faveur de cette mesure suicidaire qui donnerait, dans un premier temps lors des élections locales et régionales mais aussi très rapidement, n’en doutons pas, lors des élections nationales, la possibilité aux partis islamistes qui commencent à s’organiser sur le territoire français de rentrer dans les conseils municipaux, régionaux ou territoriaux et à terme, à l’Assemblée nationale. Quelle aubaine pour ces partis, qui au mieux méprisent et au pire haïssent notre civilisation, que celle de voir la gauche revenir aux affaires.

Si la gauche socialiste et son candidat ont au moins le mérite d’annoncer clairement leurs intentions dans ce domaine, nous ne pouvons que rester dubitatifs sur celles du président sortant. Certes, la perspective de la non candidature (essentiellement faute de militants suffisamment déterminés pour aller à la chasse aux parrainages en sa faveur) de Marine Le Pen, semble redonner des ailes à Nicolas Sarkozy. Son équipe de campagne, Claude Guéant en tête, multiplie les petites phrases afin de draguer l’électorat droitier qui, depuis quelques mois, se donne des frayeurs en lorgnant du côté de l’héritière du Front national. Mais, ne soyons pas dupes, tout cela n’est que mascarade pour endormir les naïfs qui se laissent encore bercer par l’illusion démocratique… N’oublions pas qu’en 2007 Sarkozy promettait à qui voulait l’entendre qu’il allait utiliser le Kärcher pour nettoyer la France de la racaille majoritairement issue de l’immigration, se donnant ainsi l’image du chantre de l’identité nationale. Finalement, ce sont des ministères qu’il octroya à quelques représentants des minorités issues de cette même immigration qu’il comptait ainsi amadouer à son profit. On voit les résultats : en cinq ans l’islam s’est imposée partout en France comme une force conquérante. Merci qui ? Merci M. Sarkozy…

En réalité Hollande et Sarkozy sont tout les deux des représentants des mêmes intérêts dans cette pseudo compétition électorale. Ils préconisent la même politique, à savoir celle que leur dicte l’hyper classe mondialiste dont le seul objectif est l’instauration d’une gouvernance planétaire. Une gouvernance qui dirigerait un monde devenu unicolore, sans ses nations ni ses civilisations, sans ses races et sans ses particularismes, un monde terne et sans saveur dans lequel chaque humain serait réduit à l’état de simple consommateur bien dressé dont la seule raison d’être serait de se laisser gaver afin d’enrichir les comptes des multinationales apatrides. Pour couronner le tout, certains, comme le ministricule UMP Luc Chatel (de l’Education encore appelée « nationale »), vont encore plus loin puisqu’ils remettent en cause l’existence des sexes (fallait y penser…) en faisant la promotion de la théorie dite du gender qui s’attaque à l’identité biologique et sociologique des individus. Bref, le PS comme l’UMP, et leurs candidats interchangeables, n’ont qu’un seul objectif, celui de détruire les fondements de notre civilisation au profit de l’avènement d’une société uniformisée et mondialisée. L’enfer quoi… La première étape vers la réalisation de ce projet funeste étant d’intensifier les mouvements migratoires afin d’accélérer le métissage généralisé.

Cette élection présidentielle est donc une péripétie sans intérêts puisque les antagonismes entre les candidats qui caracolent en tête des sondages n’existent pas. Quant à Marine Le Pen, qu’elle soit candidate ou pas ne change pas grand-chose à la donne puisque son mouvement, à force de rechercher une illusoire respectabilité en édulcorant totalement son programme, a totalement rompu avec sa vocation « révolutionnaire » (si toutefois il en a eu un jour une… cf. l’entretien entre Anne Kling et Robert Spieler réalisé pour Rivarol et repris dans ce numéro de Synthèse nationale), qui faisait jusque là sa force et son originalité.

Face à cette imposture, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. La tâche sera rude, mais elle en vaut la peine. Le choix est simple : soit la France se laisse embobiner dans le projet mondialiste décrit ci-dessus et elle disparaîtra définitivement, soit une force déterminée et conséquente se lève afin de s’opposer réellement et sans concession à cette aventure génocidaire en redonnant à notre nation et à notre civilisation leur grandeur et leur splendeur passées… Vous l’avez deviné, pour notre part, nous optons pour la seconde solution. C’est pour cela que Synthèse nationale et la Nouvelle Droite Populaire, avec nos amis du Parti de la France et du MNR au sein de l’Union de la Droite nationale, et aussi avec l’ensemble des mouvements, journaux et associations qui partagent avec nous cette volonté inébranlable de combattre l’hydre mondialiste nous nous mobilisons dès maintenant pour la grande bataille finale !

 

Abonnez-vous à la revue Synthèse nationale cliquez ici

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 00:13

 

Samedi 11 février, tout au long de l’après midi, Synthèse nationale organisait à l’Espace Dubail à Paris une conférence sur l’évolution de la droite nationale entre 1968 et 2012. Sujet qui tombe en plein dans l’actualité à quelques mois de la présidentielle et des législatives. Plus de 150 personnes ont assisté à cette conférence.

Pourquoi avoir décidé de prendre 1968 comme année de départ de cette conférence ? Tout simplement parce que, en 1968, la Droite nationaliste était au fond du gouffre, sans structures ni mouvements capables de récupérer « les évènements » qui marquèrent les mois de mai et juin de cette année là.

IMG_8494.JPG

Thomas Joly, Robert Spieler, Roland Hélie et Jérôme Bourbon

(Photo Altermedia)

Tout d’abord, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, a fait un historique du mouvement national depuis cette date. Il expliqua comment la Droite nationale, après bien des péripéties, a fini, au début des années 80 à sortir de la marginalité. Cette sortie de la marginalité étant l’aboutissement d’années de travail des militants des différentes organisations qui avaient maintenu le flambeau pendants cette période

Deuxième intervenants, Jérôme Bourbon, le directeur de Rivarol, se livra à une brillante analyse de la situation politique actuelle. Mettant en garde les nationaux sur l’éventualité de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, arrivée au pouvoir qui se traduirait par l’attribution du droit de vote aux étrangers, la légalisation des mariages homos, l’augmentation de la fiscalité… Notre refus de Sarkozy ne doit pas nous conduire à une admiration subite pour Hollande a indiqué l’éditorialiste de l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne. Pour lui, la Droite nationale ne doit pas non plus se laisser abuser par les problèmes que rencontre la candidate Marine Le Pen pour rassembler ses signatures. La situation dans laquelle se trouve le FN n’est que la résultante de l’incapacité et des erreurs accumulées de sa direction actuelle. Celle-ci porte une large part de responsabilité en ayant cru que la dédiabolisation et la quête effrénée de la respectabilité auraient suffit pour faire de Mme Le Pen une candidate crédible. A la trahison du FN, il est temps de proposer aux nationaux, aux nationalistes et aux identitaires, une alternative. Celle-ci est en train de s’organiser autour de l’Union de la Droite Nationale. S’il y a un exemple à suivre en Europe aujourd’hui, c’est vers la Hongrie qu’il faut tourner les yeux : Jobbik, le parti nationaliste magyar, qui refuse toutes compromissions avec le Système et la dictature de la pensée unique, nous montre la voie à suivre…

Cette nouvelle espérance que représente désormais l’Union de la Droite Nationale, c’est Thomas Joly, le jeune et dynamique secrétaire général du Parti de la France, qui l’incarnait à la tribune. Au cours de son discours chargé d’espoirs, il enflamma l’assistance en annonçant que Carl Lang venait de passer la barre des 250 promesses de signatures. Il faut redoubler notre effort et bientôt nous pourrons peut être ainsi relever le défis. Et, quoiqu’il en soit, au-delà de la Présidentielle, c’est sur le long terme que nous devons inscrire notre action. Le combat électoral, indispensable certes, ne peut être victorieux que s’il est accompagné par le combat culturel et le combat social. Tout est à refaire, c’est à cette tâche indispensable, si l’on veut que la France et l’Europe continuent à exister en tant que telles, que nous allons nous atteler. Après la partie historique de cette conférence de Synthèse nationale faite par Roland Hélie et après l’analyse politique de Jérôme Bourbon, Thomas Joly a démontré pourquoi le combat pour rendre la France aux Français était plus nécessaire que jamais.

Une pose d’une demi-heure au cours de laquelle les participants purent visiter les stands présents (celui de Synthèse nationale et la Nouvelle Droite Populaire, efficacement tenu par Phillip Graf, bien sûr, mais aussi Terre et peuple, Troisième voie qui présentait son nouveau mensuel Salut public, les journaux Rivarol et Militant), acheter et se faire dédicacer le nouveau livre de Jean-Claude Rolinat, Salazar le regretté… consacré à la vie du chef du Portugal nationaliste (Les Bouquins de Synthèse nationale, 156 pages, 18,00 €) ainsi que le livre que vient de consacrer Anne Kling à la curieuse évolution du Front national (FN : tout ça pour ça… Editions Mithra, 250 pages, 18,00 €). Parmi le public, notons la présence de Pierre Sidos, fondateur de l’œuvre française, Gabriele Adinolfi, directeur de l’institut romain Polaris, François Ferrier, membre de la direction nationale de la NDP, de Pierre Descaves, ancien député, de Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, le Marquis écrivain et journaliste…

 

IMG_8505.JPG

Pierre Vial, Robert Spieler, Anne Kling et Roland Hélie.

(Photo Altermedia)

La seconde partie de la conférence débuta par l’intervention de Pierre Vial, Président de Terre et peuple. Celui-ci rappela le rôle déterminant joué, au cours des années 70 et 80, dans la reconquête culturelle par ce qui fut alors appelé la Nouvelle Droite. Pierre Vial sait de quoi il parle puisqu’il était secrétaire général du GRECE, la formation centrale de cette Nouvelle Droite. Il insista, non sans raisons, sur la nécessité de doter l’Union de la droite nationale d’un laboratoire d’idées digne de ce nom qui regrouperait toutes les compétences issues des différentes composantes de l’UDN, ainsi que, éventuellement, des spécialistes venus d’ailleurs afin de constituer le socle idéologique de ce que sera la Droite nationale de demain. Cette idée suscita l’enthousiasme de l’auditoire et Pierre Vial s’est proposé de la présenter, dans les semaines qui viennent, aux dirigeants des différents mouvements membres de l’Union. Voilà un projet concret qui mérite d’être réalisé. Cela évitera peut être dans l’avenir toutes les dérives du type de celles auxquelles on assiste actuellement au FN.

Le FN justement… Il était difficile d’envisager une telle réunion sans en parler. Pour cela, nous avons invité Anne Kling, écrivain qui a déjà écrit plusieurs ouvrages qui font références, en particulier sa remarquable France licratisée, publiée en 2007 (Editions Mithra, 251 pages, 18 €), qui démonte complètement le système de l’officine antiraciste à la solde du communisme international. Lors de la sortie de ce livre, Synthèse nationale avait organisé une conférence à paris et Anne Kling est intervenue à plusieurs de nos journées nationales et identitaires annuelles. Interrogée par Robert Spieler, chroniqueur à Rivarol et Délégué national de la NDP, Anne Kling démontra point par point comment les différentes étapes de la dédiabolisation orchestrée par Marine Le Pen depuis 2002 ont conduit le FN à rompre avec ce qui était sa raison d’être : incarner politiquement la Droite nationale française. Aujourd’hui, n’en déplaise à certains, le FN n’a plus aucune légitimité au sein de notre famille politique. Son discours et ses mœurs le place aux antipodes de notre conception des choses. La lecture du livre d’Anne Kling est indispensable à quiconque veut comprendre cette funeste évolution...

Plus que jamais l’émergence d’une force nouvelle capable de redonner sa place et toute sa place à la Droite nationale est indispensable pour notre pays. C’est dans cette perspective que, depuis sa création en 2006, Synthèse nationale œuvre quotidiennement.

SN 05.jpg

Pour vous procurer le livre d'Anne Kling, ou celui de Jean-Claude Rolinat, cliquez ici

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 09:38

 

 

SN Conf 11 02 2012

 

Tract cliquez ici


 
 

Anne Kling dédicacera son dernier livre

FN, tout ça pour ça...

 

1320828516


 
 

UNE AUTRE BONNE NOUVELLE :

A cette occasion, Synthèse nationale vous annonce le lancement d'une nouvelle activité : l'édition de livres destinés à renforcer la formation, à la fois historique, idéologique et culturelle de notre peuple.

Le premier "Bouquin de Synthèse nationale", rédigé par notre camarade et ami Jean-Claude Rolinat sortira donc samedi. Il est consacré à un homme peu connu dans les milieux nationalistes : Antonio de Oliveira Salazar, chef du Portugal de 1926 à 1968.

Vous pourrez acheter ce livre (164 pages, 18 €), tout comme bien entendu celui d'Anne Kling, samedi prochain lors de la conférence de Synthèse nationale.

 

SN-26-Salazar.jpg

 

SALAZAR le regretté…

 

Jean-Claude Rolinat                                                                   Parution le 9 février 2012

 

Salazar, chef du Portugal nationaliste, l’Etat nouveau, de 1926 à 1968. Peu connu des nationalistes français il transforma ce petit pays, fort d’un empire gigantesque que beaucoup trouvaient anachronique et que certains convoitaient, en une nation moderne. Et, 40 ans après sa mort, 41% des Portugais le considère comme le plus grand de leurs compatriotes, devant le navigateur Vasco de Gama… Loin des clichés véhiculés par les tenants de la pensée unique, cette biographie que nous propose Jean-Claude Rolinat remet les choses à leur place.

 

SALAZAR le regretté… Jean-Claude Rolinat, Les Bouquins de Synthèse nationale, 164 p., 18,00 €


 

Jean-Claude Rolinat sera présent et dédicacera

son nouveau livre SALAZAR le regretté...


Bulletin de commande cliquez ici

 

Repost 0
Nouvelle Droite Populaire
commenter cet article

NDP : NOUS SOMMES LE PEUPLE !

Rechercher

Présentation de la N.D.P.

 

 

Fédérer les énergies pour défendre notre civilisation

et rassembler la droite nationaliste et identitaire...

 

 Présentation de la NDP

 

Archives

Adhérez à la N.D.P.

  Identité

 

Adhérez à la
Nouvelle

Droite Populaire

 

 

Ensemble, faisons de la N.D.P.

le grand mouvement

de la droite nationaliste

et identitaire !

Pour adhérer, c'est ici

 

Tracts NDP à télécharger :

Pour votre information

 

Lisez

  

La revue 
politique et culturelle
nationale et identitaire

 

INFORMEZ-VOUS ! 

 

Consultez le site

quotidien d'information